Du bois à l’écriture : Episode 5

Nous avons fini la partie tournage du corps du stylo.

La forme est définitive mais nous sommes encore loin du résultat final, pour le moment le bois est brut et les traces laissées par les outils sont encore présentes…

Resultat avant poncage et finition
Résultat avant ponçage et finition

 

Il va donc falloir gommer tous ces petits défauts pour avoir un rendu parfait.

Pour ça, rien de sorcier en apparence, on utilise du papier abrasif.

Voici ceux que j’utilise :

Finition Papiers
Les différents abrasifs que j’utilise : Abranet Mirka, Bosh Best for paint, soft pad Micro-Mesh, laine d’acier AAA, 3M

Pourquoi autant ? Et bien parce que le rendu des différents abrasifs n’est pas du tout le même !

En premier lieu j’utilise les abrasifs Mirka Abranet.

Ils sont d’une excellente qualité, très résistants et durent beaucoup plus longtemps qu’un papier traditionnel (il s’agit d’une sorte de maillage de tissu abrasif qui laisse passer la sciure, le papier s’encrasse donc beaucoup moins rapidement).

Feuille Mirka Abranet
Feuille Mirka Abranet

J’utilise des feuilles relativement petites du grain 180 à 600. Je trouve le format 70×125 assez pratique, il se découpe en bandelettes très facilement dans la largeur. Ces feuilles existent en différents formats jusqu’à 10 mètres de long, ce qui devrait assurer quelques heures de ponçage !

Après ce premier ponçage en ayant pris soin de respecter la montée en finesse du grain, il ne devrait plus y avoir de traces d’outils.

En revanche, le bois garde son aspect brut. Ceci s’explique par la structure même des abrasifs Mirka qui laissent passer la ponce.

Les pores du bois ne se bouchent donc pas.

J’utilise ensuite des abrasifs Bosch de la série « Best for paint » en reprenant au grain 240 ou 320, je trouve qu’ils patinent le bois de manière élégante en bouchant en partie les pores.

Feuille abrasive Bosch Best for Paint
Feuille abrasive Bosch Best for Paint

Le résultat après ce second ponçage est déjà plus satiné mais au toucher on sent toujours quelques aspérités.

J’utilise ensuite les Pad Micro-Mesch.

LOT-MICROMESH

Il s’agit de petits carrés de mousse recouvert d’abrasif du grain 1500 à 12000 ! (bon, ce sont les grains « US » ce qui correspond chez nous au grain 600 à 4500).

Au sujet des pads Micro-Mesh :

Ces pads sont prévus pour être utilisé à l’eau pour la finition des carrelets en acrylique. Ils fonctionnent parfaitement à sec sur du bois, mais s’encrassent assez rapidement. Il faut impérativement les nettoyer régulièrement et surtout ne pas les faire chauffer sous peine de détériorer la surface et les rendre inutilisables. Une fois ces précautions prises, le rendu est superbe.

Après cette étape de ponce, il y a plusieurs possibilités que je choisis en fonction du bois que je travaille. On pourrait dès à présent appliquer une couche de vernis ou de cire… Mais le résultat ne serait pas parfait…

Dans l’exemple du stylo présenté, il s’agit de padouk et d’érable.

Pour l’érable on pourrait s’arrêter à cette étape et passer directement à la finition, les pores de ce bois sont fins et resserrés, le résultat visuel et au toucher est très agréable.

En revanche le padouk a des pores beaucoup plus présents et visibles, cela peut donner l’impression que le bois est abîmé avec des espèces de « trous ».

Padouk Erable après poncage
Padouk Erable après ponçage

Je décide donc d’utiliser du « Fond Dur cellulosique »

Fondur
Fond dur

C’est une sorte de vernis incolore qui va boucher les pores du bois et donner un aspect plus lisse. Il rend également le bois imperméable ce qui augmentera sa bonne résistance dans le temps.

Avant de l’appliquer, je ponce de nouveau le bois au grain 800 environ, ce qui permet au fond dur de pénétrer plus facilement dans le bois tout en conservant l’aspect patiné et soyeux obtenu avec le ponçage au Micro-Mesh.

Pour ces essences, une seule couche suffit, pour du bois silicé comme le Morta, au moins 3 seront nécessaires.

Après séchage je repasse l’ensemble des pads Micro-Mesh pour redonner un aspect parfait.

C’est l’heure de la finition finale : Vernis ou Cire.

Il y a un très très vaste choix de produits, de différentes compositions et à tous les prix.

Pour la cire le choix me semble assez simple.

Le stylo est un objet qui sera utilisé au quotidien, et va recevoir un certain nombre d’agressions, il faut donc une cire très résistante en plus de donner un aspect et un toucher parfait.

J’utilise de la cire de Carnauba que je me suis procuré en bloc brut.

cire de carnauba bloc
cire de carnauba en bloc brut

En général on ne peut pas faire grand-chose d’un bloc brut car pour s’appliquer et pénétrer dans le bois elle doit atteindre une température d’environ 80°.

Elle est donc souvent vendue sous forme de petites « pépites » à faire fondre avec de la cire d’abeille ou autres pour faciliter la pose.

Dans notre cas, le corps du stylo est toujours sur le mandrin de tour, tour qui peut tourner à une vitesse importante. Il suffit alors de poser le bloc de cire sur le bois en rotation. La température dégagée par la friction du bois sur la cire va la faire fondre et lui permettre d’imprégner le bois.

Il suffit ensuite de lustrer avec un chiffon pour obtenir un fini brillant superbe.

Mais………..

Pour ce stylo je n’ai pas utilisé de cire car le padouk est un bois qui réagit aux UV et s’assombrit au fil du temps.

J’ai préféré utiliser un vernis PU Hesse effet bois naturel mat ou satin qui a la particularité assez impressionnante de ne pas du tout modifier la teinte du bois (en plus d’être d’une extrême résistance et de bloquer les UV).

Attention lors de la pose l’odeur est très forte et un masque filtrant est indispensable.

Pour finir, je passe au moins 2 à 3 couches de vernis.

Au sujet du vernis PU :

J’ai constaté que la température ambiante avait une importance capitale pour la bonne application du vernis.

Lorsque j’applique le vernis, j’aère en grand l’atelier pour dissiper rapidement les émanations de vernis. Au coeur de l’hiver la température chutant rapidement dans la pièce le vernis a tendance à se figer très rapidement rendant extrêmement compliqué la pose d’une couche homogène. 

Attention à bien contrôler ce point.

La partie bois est maintenant terminée, dans le prochain épisode nous parlerons mécanisme et tournage de métaux.

 

A bientôt

 

2 réflexions au sujet de « Du bois à l’écriture : Episode 5 »

    1. Thanks a lot, a new one will coming soon 🙂
      Don’t hesitate to follow and received new article by clicking « abonnez vous » you Will received notification by mail (and only when there is a new article).
      In next month i Will try to traduce in english.
      Regards
      Julien levecque

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *